Qui êtes-vous ?

Ma photo

Femme de vigneron, ce n'est pas un véritable statut, pourtant c'est le mien...Je vous raconte ici ma vie, mais aussi mes émotions, mes joies et mes peines, mes colères et mes incompréhensions. Je suis passionnée et impulsive. Je suis aussi une femme amoureuse et  une mère un peu trop mère... J'ai appris à aimer le vin avec Bruno. Je suis curieuse mais pas indiscrète. Bref, ici, vous apprendrez à me connaître, à m'aimer ou à me détester!

mercredi 1 octobre 2014

De rien

Je me sens apaisée...
Enfin.
2014 sera un millésime plein de souvenirs, des bons et des mauvais.
Comme d'habitude me direz-vous?
Non, pas comme d'habitude.

Je me sens apaisée aussi parce que tous les raisins sont rentrés.
Enfin, non, pas tous.
Il reste  une petite parcelle, aux Guillats, un peu plus tardive que les autres qui profite encore des derniers rayons du soleil.

J'avais beaucoup de colère en moi.
A cause de plein de choses.
Et puis cette grêle, ces grêles même, qui nous ont gâché le bonheur d'un joli millésime qui se présentait et qui ne se représentera peut-être pas de si tôt. Il a fallu que ça tombe sur nous, encore une fois.
Notre assureur nous déteste!
Vous avez remarqué? On paie pour s'assurer et quand il arrive ce qui ne devrait pas, on flippe parce que l'assureur ne va pas être content.
En fait, on devrait payer pour qu'il ne nous arrive rien.
Juste pour faire plaisir à l'assureur!
Oui, on a une assurance. Depuis 25 ans.Et depuis 25 ans, la prime augmente. Parce qu'on est des mauvais élèves. Mais on se dit que c'est plutôt judicieux de la garder...parce qu'on grêle plutôt tout le temps... des fois un peu et des fois beaucoup...

Le rendement sera encore moindre même s'il est quand même supérieur à ces dernières années, malgré tout.
Tout le monde pense que l'on est habitué et que l'on a bien vécu jusque là avec des rendements ridicules.
Ouais...
De toute façon si l'on pleurniche, ça changera quoi?
Rien.
Alors on s'en contentera.

Les raisins étaient tout de même jolis.
Les baies touchées avaient séché pour la plupart et étaient tombées, laissant la place aux autres pour mieux grossir.
On appelle ça la sélection naturelle?
C'était un plaisir de ramasser cette récolte 2014.

Maintenant, tout est entre les mains de Bruno, et je me sens rassurée!

Et puis, quoi? c'est super fastoche de faire du vin non?