Qui êtes-vous ?

Ma photo

Femme de vigneron, ce n'est pas un véritable statut, pourtant c'est le mien...Je vous raconte ici ma vie, mais aussi mes émotions, mes joies et mes peines, mes colères et mes incompréhensions. Je suis passionnée et impulsive. Je suis aussi une femme amoureuse et  une mère un peu trop mère... J'ai appris à aimer le vin avec Bruno. Je suis curieuse mais pas indiscrète. Bref, ici, vous apprendrez à me connaître, à m'aimer ou à me détester!

mercredi 7 août 2013

Confidence pour confidence


Bruno se confiait à moi ce matin.
Je suis sa confidente!

Il disait:
"Tu trouves pas que c'est un métier de crotte (je traduis parce que quelquefois il utilise des mots que je ne peux pas transcrire tel quel... cela choquerait le lecteur de passage...)

On se fait chier dans les vignes à essayer de faire des raisins.
On n'en a pas des masses, faut le reconnaître.
On a la trouille dès que le ciel se charge et qu'il devient noir (faut dire qu'on a passé une nuit un peu angoissante). On a même mis en place des rituels vachement bizarre pour conjurer le sort! On est devenu superstitieux, anxieux, angoisseux...!
Quand par bonheur on rentre les raisins qui ont échappé au gel, à la grêle, au mildiou, aux coups de soleil, aux charrues, à la débrousailleuse etc...
On essaie de vinifier du mieux qu'on peut sachant que ça plaira pas à ceux à qui ça devrait plaire en premier!
Mais on vinifie quand même comme on veut parce qu'on est un peu con sûrement.

Quand on a tant bien que mal échappé à la volatile, aux brett, à l'acétate, aux goût de souris, de rats et de hérissons... on met en bouteille.
Pis là on nous dit que c'est pas bon (pourtant on était content de nous! peut-être qu'en devenant superstitieux, on en est devenu mauvais dégustateur?!). Que c'est grave, que ça peut pas être vendu comme ça, qu'on va empoisonner le monde entier, que le soufre c'est bon pour la santé, que sans le soufre, ça ressemble pas à de l'AOP... Qu'on est des incapables.
Alors nous, on se regarde, on se trouve pas mal pour notre âge! (mais ça... ils s'en foutent! le physique c'est secondaire y paraît!). C'est chiant! Moi qui misait tout sur le physique!

Tant pis, c'est trop tard, on a fait comme on a voulu maintenant faut assumer.

Et enfin, on est content, un mec trouve ça bon et achète...
Il y boit, il y vend, il en est super content!
et paie pas!
Comme si on n'avait pas besoin d'argent pour vivre?
Ok, l'amour, l'eau fraîche (dégueulasse au passage depuis qu'elle vient de je ne sais où)... et ???

Faut qu'on bouffe la terre bio de nos vignes?

Ou on vend le vin à un mec qui nous reproche d'avoir vendu à son collègue à 100 km de chez lui...
"Je veux bien t'acheter ton vin, mais tu le vends à personne d'autre"?
Merde...
Comment je vais faire?
Je vais boire le reste du coup?
Mais je sais pas si j'aurai le temps? Si j'aurai assez de jour dans l'année pour écouler la récolte, même si elle n'est pas bien grosse!

Et Bruno de finir: "avec tout ça, tu te dis que t'as pas trop le choix de retourner dans tes vignes pour tailler, pour faire des raisins qui feront du vin qui sera refusé à l'agrément, qui sera vendu et que peut être on nous paiera pas!"
J'aime bien quand il se confie mon Bruno...
Il me remonte le moral!

On fait quand même le plus beau métier du monde!
Non?

Vous vous demandez ce que vient faire cette photo sur ce billet?
Explication: Dans le verre, c'est un vin nature, refusé à l'agrément. La vigneronne essaie de tout boire, d'écouler le stock. Elle n'a plus les moyens de s'acheter des vêtements parce que trop d'impayés. Bref, c'est l'illustration parfaite!